L'Eco-Geste de la Quinzaine #005

Publié le par Sapperstein

C'est les vacances en ce moment pour certains ou bientôt pour les autres ! Dans cette optique et parce que c'est encore l'époque des vacances à la montagne voici tous les éco-gestes concernant la montagne.

Je respecte les règlements spécifiques aux espaces naturels protégés et je ne sors pas des chemins balisés. En France, les parcs nationaux accueillent plus de 6 millions de visiteurs par an. Si vous aimez les loups le Gévaudan c'est bien comme parc.

Lorsque j’utilise du papier hygiénique, je l’enterre pour des questions d’esthétique mais également pour qu’il soit plus rapidement décomposé. Puis ça fait du composte c'est cool, c'est hype !

Je ne brûle pas mes déchets en montagne : émissions importantes de dioxines et de nombreux déchets ne sont pas détruits par un simple feu… sans parler du risque d’incendie. J'adore les trois petits points dans cette phrase, dédicace aux gros cons de pyromanes !

En vacances, je garde mes bonnes habitudes. Même en vacances, je continue de trier mes déchets comme à la maison et je ne jette rien dans la nature. Je ne dégrade pas la flore sauvage et je ne perturbe pas la faune. Ouais c'est pas parce que vous êtes en vacances que vos bonnes actions doivent aussi l'être.

Je pratique l’escalade en plein air tout en respectant le rythme de la nature et de la faune. Je me renseigne sur les périodes d’éclosion des rapaces qui nichent dans les rochers et les falaises afin de ne pas les déranger. Je respecte les plantes qui poussent en falaise. Faut pas déterrer les bonsais comme ce petit con de karaté kid !

J’évite de pratiquer des activités motorisées bruyantes et pouvant porter atteinte à la faune et à la flore en dehors des zones réservées à cet effet (4x4, motocross, motoneige...).

Je m’abstiens de fumer en forêt, car je risque d’être à l’origine d’un incendie. En France, 5000 départs de feu ont lieu chaque année, et en général, 9 feux sur 10 sont dus à l’homme et à ses activités. On a beau le dire y'a toujours de abrutis pour foutre le feu et ça part vite.

La marche reste le meilleur moyen de découvrir la nature. Encore faut-il rester dans les sentiers et chemins pour ne pas déranger la faune et piétiner les milieux naturels fragiles. Et allez pas dire que c'est la faute de l'ours.

Nourrir des animaux sauvages bouleverse leur cycle naturel.
Par exemple, dans le cas de la marmotte, quelques bouchées de pain troublent son appareil digestif et l’empêche de faire les réserves dont elle a besoin pour passer l’hiver. L'enfer est pavé de bonnes intentions ! De toute manière ils se demerdent bien sans vous le restant de l'année !

Je pratique mes activités motorisées sur les voies ouvertes à la circulation ou spécialement aménagées. 4X4, motos-neige, quads piétinent régulièrement la flore et effraient les animaux, les perturbant dans leur cycle de vie et leur reproduction. Certaines espèces rares ou menacées et certains milieux naturels fragilisés sont directement détériorés. Un peu pareil que l'un des autres conseils mais bon !

Je ne cueille pas dans la nature une plante que je ne connais pas. Il peut parfois s’agir d’une espèce protégée. Sa cueillette peut entraîner sa disparition et bouleverser son écosystème. Et des fois c'est nocife... dans ce cas c'est bien fait pour votre gueule !

Publié dans Classe Verte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article